02 février 2009

Je garde le Cap

Je rentre du Cap Vert où j'ai fait un beau voyage.

Un client nous a offert du café de la Guadeloupe. On va pouvoir faire des comparaisons avec celui que j'ai rapporté...Le mien sent rudement bon.

Une cliente nous a demandé Une partie de tout, de Toltz, éd. Belfond. Nous lui avons répondu que nous avions tout de rien.

La nouvelle rentrée littéraire arrive peu à peu sur les tables. Nous n'arrivons pas à en avoir une visibilité comme celle de septembre. Les réunions de présentation littéraire, les topos des éditeurs nous manquent. Après les fêtes de fin d'année et les retours des invendus, nous n'avons pas encore l'esprit clair pour tout percevoir. Notre capacité de mémorisation est amoindrie.
Nous vieillissons, dis-je parfois à Maryline. J'ai l'impression d'avoir la tête en capilotade.
Parfois, je ne capte rien.


Heureusement, découvrir de bons livres est toujours pour nous capital.
J'ai découvert l'auteur André Vers, avec Misère du matin, éd. Finitude.
Silvia, Maryline et moi sommes toutes les trois en train de lire le dernier roman de Fabrice Humbert, l'origine de la violence, éd. Le Passage et sommes captivées.

Un collégien nous a demandé Zadig et Voltaire.
J'ai ri sous cape.

3 commentaires:

Jean-Marie Sapet a dit…

Heureux qui, comme Corinne, a fait un beau voyage, n'est-ce pas.

Gin a dit…

Ah oui ! C'était un beau voyage...Des montées, des descentes, des montées, des descentes !! De superbes paysages, le grand air. Le soir vite endormies sur nos livres. Au fait, ça y j'ai fini "La musique du hasard", j'ai vraiment bien aimé.
Gros bisous à toi ma Corinne, la plus agréable compagne de voyage que je connaisse à ce jour !

litote en tête a dit…

Merci les amis!
Bisous too...
Co