27 septembre 2008

Visite de Delphine Montalant

L'éditrice Delphine Montalant est montée à Paris  nous montrer sa bonne mine. A Queyrac, c'est encore l'été. 
Nous , nous avons déjà retrouvé nos visages pâles.
Elle est venue nous offrir ses deux derniers livres:
Ker Violette, un roman de Karine Fougeray, paru en mars 2008.
Maison buissonnière, des nouvelles d'Isabelle Minière , parution le 15 octobre.

Nous connaissons déjà Isabelle Minière auteur(e) au Dilettante entre autre de Cette nuit-là, de Un couple ordinaire et La première marche.

Cette éditrice nous avait fait découvrir Jean-Philippe Blondel , Accès direct à la plage et Thomas Werth, Le coquard du panda.

Nous avons discuté du départ des auteurs pour des plus grandes maisons d'édition. Une petite structure peut-elle garder  un bon auteur qu'elle a découvert? Ce dernier est-il blâmable de quitter son premier éditeur pour un plus grand mieux diffusé, mieux distribué?
Ne devrait-il pas ensuite une fois célèbre revenir chez son premier éditeur? 

Enfin, cela ne nous regarde pas...mais nous intéresse.

Aujourd'hui samedi, le soleil était joyeux et nos clients aussi. Et pourtant, tout le monde parle de la crise. Les petits commerces ont du mal à tenir sur le faubourg (ou à s'installer), les entreprises licencient, les banques ne prêtent plus, on croule sous les charges messieursdames, bref, ça va mal.
Ahhhhgrrrrrrhh, la crise!

On nous ont rapporté que des vendeurs sur le faubourg ne disaient pas" bonjour" lorsque le client entrait  mais un "au revoir" appuyé lorsqu'il partait.
Ah l'amabilité du commerçant! 

Des pompiers sont entrés dans la librairie, en tenue de gym. Ils faisaient un petit footing . L'un d'entre eux est lecteur et collectionneur de livres anciens et beaux-papiers. N'ayant pas de sous dans la poche de son short, il est revenu 10 minutes chrono plus tard, même pas essouflé, pour acheter Lettres à une inconnue de Saint-Exupéry, éd. Gallimard.
 
Les habitants de notre quartier ne peuvent pas ne pas les voir s'entrainer dans leur salle de gym au bord du canal...Lors d'une visite de la caserne de Chateau-Landon organisée par l'association Vie et Histoire du Xème, je me souviens avoir été impressionnée par l'exercice de la planche. Ils doivent réussir à se hisser sur une planche située à environ 2.10 m du sol par la seule force de leurs bras.
Ah les pompiers!


Une cliente a réglé un livre en petite monnaie, une livre de piécettes au moins! Vous auriez vu son contentement, son soulagement et celui de son porte-monnaie. Son sac sera moins lourd..
Nous avons un mal fou à récupérer des pièces de 1 ou 2 euros. Idem pour les billets de 5 euros. Au passage, nous n'avons pas encore vu de pièce de 5 euros. Pour obtenir de la monnaie, je règle mon journal, ma baguette, mes cigarettes avec des billets.  Les commerçants du faubourg  commencent à s'en apercevoir.
Ah la coquine!

Un client cherchait un auteur italie dont l'action des livres se situaient au Portugal et dont le nom avait une consonance japonaise. Maryline a trouvé tout de suite. Il s'agissait de Tabucchi.
Ah Maryline!

7 commentaires:

Elodie a dit…

Contente de lire vos billets de cette rentrée! Un de mes livres préférés reste "Péreira prétend" de Antonio Tabucchi (en 10/18). Bonne soirée!

Régine a dit…

Waouh !! Des pompiers en short dans ta boutique !! Je pense que je vais bientôt revenir te voir !!
Gros gros bisous
Au fait : j'ai adoré "Un soir au club" de Christian Gailly (je n'ai pas encore terminé ma "pile de livres"...)

Flora a dit…

Aujourd'hui, j'ai pensé à votre blog... Je me disais, pourquoi ne pas faire un blog qui relaterait les menus évènements de ma journée, non pas de libraire, comme vous (soupirs...) mais de documentaliste, en centre de formation professionnellE ? Eh oui, pourquoi pas ? A suivre...

Laure a dit…

je suis contente d'apprendre qu'Isabelle Minière sort un nouveau livre, et chez Delphine en plus ! chouette, je note ! (je suis un peu loin, il faut bien que je fasse travailler mon libraire du coin !)

Cuné a dit…

C'est vrai que Delphine Montalant a (très) bonne mine et ce sourire... ! Je suis jalouse !! :-D

L'an dernier elle a aussi édité le premier roman de Colette Pelissier, "Le chat dans la gorge", qui est une petite merveille, je le conseille !

Mùchôs a dit…

Ah la crise ! (en lisant vos derniers billets, à défaut d'en avoir dans la poche.)

Ma question est : pourquoi chercher UN homme d'entretien tandis que viennent d'eux-mêmes une ARMEE de pompiers en short ?!

Lucile a dit…

C'est drôle, quand j'avais lu ce billet, je ne connaissais pas encore Delphine Montalant. Depuis que j'ai emménagé dans le Médoc je l'ai déjà croisée deux fois dans des salons! :)
A bientôt, je passerai vous faire un coucou lors de ma prochaine virée parisienne (et désolée d'être un peu partie comme une voleuse la semaine dernière : la queue chez le marchand de sandwiches et l'heure tournant m'a empêchée de revenir vous saluer!)