13 juin 2008

Frédérique Deghelt et Etienne Liebig


Frédérique Deghelt, auteur(e)de La Vie d'une autre, éd. Actes Sud est venue en messagère nous apporter les affichettes pour le Salon du livre de jeunesse qui se tiendra demain au jardin d'Eole.
Ne ratez-pas cet événement! D'abord, l'endroit est à découvrir , ensuite de 10h à 19h, les bibliothécaires, libraires ( librairies L'Attrape-coeurs et Le Rideau Rouge) partenaires des métiers du livre , dans la cadre de leur projet lecture 2, organiseront des tas d'activités, proposeront des rencontres dédicaces avec des auteurs jeunesse formidables. Sont invités Joe Hoestland, Anaïs Vaugelade, Stéphanie Blake, Chen, Mario Ramos, Vincent Ravalec, Marc Daniau, Marie Despleschin et beau coup d'autres.
Pour plus d'info:


Nous étions très contentes de revoir Frédérique. Son roman La vie d'une autre nous avait beaucoup plu et nous l'avons bien défendu. Il vient de sortir en poche collection babel.
Nous avons papoté de l'air du large qui manque lorsqu'on habite Paris, du besoin de se ressourcer qu'ont les parisiens pompés par l'énergie nécessaire pour vivre dans cette grande ville, de son prochain roman et de sa difficulté d'écrire une scène érotique de qualité.

Si Frédérique était restée quelques heures de plus, elle aurait croisé Etienne Liebig, un spécialiste des scènes érotiques que je qualifierais de gentilles drôles tendres...et pédagogiques.
Désolée, je n'ai pas fait de photos d'Etienne Liebig, la batterie de mon appareil était à plat.
J'ai lu son dernier roman Je n'ai jamais rencontré Mitterrand, ni sa femme, ni sa fille, éd. La Musardine dans le car qui me ramenait de Dubrovnik à Split. Derrière moi, j'avais l'impression que mon compagnon de voyage lisait par dessus mon épaule ce qui me mettait mal à l'aise. S'il lisait les mêmes passages torrides que moi, qu'allait-il penser? Je n'aurais jamais dû le commencer dans le car.
Etienne Liebig est l'auteur de Comment draguer la catholique sur les chemins de Compostelle et Comment draguer la militante dans les réunions politiques, éd. La Musardine.
Rien que les titres me font mourir de rire.

Aujourd'hui, vendredi 13 , j'ai joué au loto. Si on gagnait, j'ai plein d'idées...

Un jeune homme est entré et s'est dirigé droit sur Maryline avec deux photos en main. C'était un de ses cousins qu'elle n'avait pas revu depuis 15 ans. Elle ne l'avait absolument pas reconnu.

J'aimerais bien que mon cousin d'Amérique entre un jour.

Monsieur S. est venu chercher sa commande. Il est le sosie de mon mari en plus jeune lorsque je l'ai rencontré au siècle dernier. Comme je n'arrêtais pas de le dévisager, j'ai fini par lui expliquer la raison de mon trouble ce qui l'a fait beaucoup rire.
Il doit penser que sa libraire est un peu foldingue.

Mireille est passée, elle n'a pas pris tel livre en me disant que certains auteurs peuvent attendre d'être lu en poche ce que je comprends. Mais sa réflexion a trotté dans ma petite tête de litote après son départ.

5 commentaires:

gilda a dit…

Ah tiens, je n'avais pas lu votre billet et pourtant j'y suis allée (pas en Amérique mais aux jardins d'Eole).

litote en tête a dit…

Ah Gilda, j'aurais bien aimé y aller. C'était bien?

Véro a dit…

Je viens de terminer le roman de Frédérique Deghelt: une vraie belle découverte!

Anonyme a dit…

Bonjour les litotes!
Arrivage de tortures ce vendredi, mais ça risque de faire un peu tard pour le café! Vous fermez à quelle heure le soir?
A vendredi!
alexandra

litote en tête a dit…

Véro, vous êtes donc comme nous: dans l'attente de son prochain roman...

Alexandra, la librairie ferme à 19h30 en théorie...mais en pratique, souvent plus tard.
Nous pouvons vous attendre si vous nous téléphonez...01 44 65 90 04
A demain!