13 juin 2007

Où est le livre?

Nous faisons beaucoup de commandes clients.
Une fois le livre reçu, nous l'installons bien confortablement sur une étagère, réservée à cet effet, derrière la caisse.
De cet endroit, le livre peut attendre tranquillement que son maître vienne le chercher.

Quand le client, rempli d'espoir, demande son livre, une grande épreuve nous attend:
retrouver le livre en espérant qu'il soit bien arrivé (surtout quand la commande date de plusieurs jours...voire semaines) et qu'il soit bien présent sur l'étagère.
Il n'est pas rare que nous ayons besoin de quelques secondes pour le retrouver.
Parfois, il nous arrive de vivre un moment de frayeur: nous cherchons, le regard du client posé sur nous, mais là, problème...nous ne voyons pas le livre...Perdu de vue.

Sueur froide...

Mais où est le livre?...Vite, lançons des recherches.
- Caché derrière les autres livres?... Ce cas arrive quelquefois.
- Nous sommes passées devant sans le voir, nous recommençons les recherches, plus lentement...Ah oui! il est là, juste devant notre nez.
- Pas sur l'étagère...mais sur le tabouret. Nous venons de le recevoir et il attend sagement que nous prévenions le client par téléphone avant de rejoindre le banc de touche.
- Zut! Nous ne le trouvons pas...Vérification sur l'ordinateur...Nous l'avons bien reçu.
Oulala! Mais où est ce livre!!! J'espère que nous ne l'avons pas vendu au mauvais client...Peut-être qu'il a été mis en rayon.
Ouf, il y était. Par inadvertance, il a été rangé dans un rayon...Parfois, tout en parlant à un client, nous rangeons les livres par réflexe. Et une commande client peut être happée par cette habitude...
Jusqu'à ce jour, toutes nos campagnes de fouilles ont été couronnées par des trouvailles.

Stéphanie, la chercheuse de livres.

Pour clôturer ce billet, une phrase attrapée au vol dans la librairie:
"Voulez-vous un sac?"
"Non, c'est pour le manger tout de suite."
"Alors bon appétit..."
Le livre est une nourriture qui ne fait pas grossir. A consommer sans modération.
L'abus de lecture n'est pas dangereux pour la santé...

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Alors voilà, je tenais à féliciter chaleureusement la "fille de la lirairie d'à côté", pour les petits moments de vie qu'elle nous fait partager quotidiennement...elle me permet de m'échapper quelques secondes de mon bureau de bibliothécaire sérieuse qui en est déjà à la 62ème page de son rapport de stage !!!
Pour avoir visité la librairie, je dois dire que les petits billets de Stéphanie traduisent parfaitement l'ambiance qui y règne : enfants affalés sur le sol afin de mieux goûter au plaisir de la lecture, bruit régulier de la porte qui s'ouvre pour laisser entrer, une fois de plus, un habitué du quartier, un ami des libraires, un ami d'un ami des libraires... et puis des rencontres devant les quatrièmes de couvertures (comme le dit la chanson), des gens qui se disent tous "tu", une fille à la recherche d'un "cadeau pour le départ à la retraite d'un collègue"...
Afin de clore ce message (qui vient du coeur, si, si, c'est sérieux !!), je voudrais faire part de mon sentiment d'injustice : pourquoi est-ce que les libraires ont droit à des roses et à des cerises, et les bibliothécaires seulement aux reproches des "usagers"...je m'insurge contre cette inégalité de traitement ! Et surtout, ne voyez aucun signe de frustration dans ce discours !!
Enfin, je tiens à dire à la petite stagiaire que je suis heureuse d'avoir fait sa connaissance, un jour de septembre 2006, dans cette "magnifique ville de St-cloud, où il fait si bon vivre"! (moi, ironique? Je n'oserais pas voyons!!).

Signé : une petite bibliothécaire qui étouffe dans son bureau de fonctionnaire et qui irait bien voir à la librairie la Litote si par hasard c'est pas l'heure du café...
Sarah

Matteo a dit…

Bon, ce soir, je salue deux collègues des professions du livre et, par la même occasion, de promo ! Ainsi, les trois professions principales du livre sont réunies... Libraire rédactrice, bibliothécaire fonctionnaire qui étouffe avec cette chaleur dans son bureau et éditeur qui est trop pris par ses heures passionnantes dans un immeuble en plein Saint-Germain-des-Prés, et qui du coup, galère pour avancer son mémoire... Vivement le 25 juin, que je puisse retourner travailler plus sereinement..
J'adore tes conseils de lecture qui "cloturent ce billet", Stéphanie... : "Le livre est une nourriture qui ne fait pas grossir. A consommer sans modération. L'abus de lecture n'est pas dangereux pour la santé.."

A samedi ! ;)

Ciaooo

Matteo