14 juin 2007

Gommettes or not gommettes?

Ce matin, une cliente a acheté un livre pour l'offrir. Scène classique dans une librairie.
Elle voulait que nous cachions le prix. Jusque-là tout va bien.
Petit mouvement vers nos amies les gommettes: petites pastilles bleues autocollantes dont la taille est idéale pour cacher le prix. Elles me rappellent mes années de maternelles et les ateliers de découpage-collage.
Mais là, elle a eu une demande curieuse. Du moins, pour moi.
"Non, pas de pastille, barrez le prix au stylo noir. L'ami peut enlever la pastille".
...
Quoi! Ecrire sur le livre! Faire une belle rature! Une grosse verrue noire sur la quatrième de couverture...Mission impossible pour une libraire.
Surtout que la personne ne pourra pas venir l'échanger si elle l'a déjà.
Résultat, nous avons laissé à la cliente le soin de faire le geste fatidique une fois chez elle.
Moi je dis: "vive les gommettes!"

Cet après-midi, une cliente est venue nous faire son rapport du livre qu'elle a acheté quelques jours plus tôt.
Parfois, nous demandons à certains habitués de nous faire un petit résumé du livre qu'ils ont lu. Si ils ont aimé ces livres ou non et pourquoi.
Cela nous permet de mieux conseiller les clients après. Vu la masse de livres que nous recevons chaque semaine, nous n'avons pas assez de temps pour tout lire.
Je trouve cette habitude très sympa. Il y a une vraie relation client-libraire, une vraie communication.
Parfois, les clients viennent spontanément. Ils ont aimé un livre et ils souhaitent partager ce coup de coeur. Par notre intermédiaire, ils veulent le faire découvrir à d'autres personnes.

Hier, une cliente m'a proposé de me prêter son exemplaire. Elle l'a tellement aimé qu'elle veut me faire partager cette découverte. Ce n'est pas la première fois que j'entends cette proposition...
Un client qui prête le livre, acheté à la librairie, à la libraire...Ce geste est adorable.

Maryline est de retour dans la capitale...toute bronzée...

Bonne nouvelle! le prix des cerises a baissé. Profitez-en!

Stéphanie, la douce liseuse.

4 commentaires:

Izard a dit…

"Stéphanie, la douce liseuse."

C'est une référence au luminaire ? Un truc du genre "les libraires de quartier éclairent le choix de leurs lecteurs de clients" ?

Non ? C'est pas ça ?

litote en tête a dit…

Chaque signature est une référence à un titre de livre.
"la douce liseuse", référence à la douce empoisonneuse de Arto Paasalinna.
Mais votre hypothèse est très jolie. Nous sommes des petites lumières qui signalons les chemins...

Izard a dit…

Ah !

Sinon il y avait "La douce lumière" (livre sur la kabbale, il semble).

Mais dans ce cas, "la lumière" n'est pas un personnage, (alors que l'empisonneuse, si !).

Anonyme a dit…

Bonjour, je crois que vous partez demain... alors, bonne chance pour vos nouvelles activités professionnelles (et perso, aussi!). Mais qui va écrire sur le blog, Corine va-t-elle s'y remettre ?
B