05 avril 2007

Journée de la courtoisie

Un client nous a appris que c'était aujourd'hui la journée de la courtoisie.

Une cliente à qui je téléphonais pour la prévenir de l'arrivée de son livre, m'a dit que j'avais la voix souriante.
Il faut dire que je m'applique au téléphone. J'essaie d'être aimable, je prends ma plus belle voix,légèrement comédienne, à l'intonation sympathique.Je résume l'objet de mon appel, essaye d'être brève lorsque je sens que je dérange. Un employeur jadis m'avait enseigné que l'interlocuteur percevait tout à l'autre bout du combiné ;il m'avait fait lire Sophie de Menton, une spécialiste à l'époque du marketing direct.
(Une petite pensée pour tous ceux qui travaillent dans les centres d'appel)

Nous nous posons souvent la question Maryline et moi de savoir si nous devons appeler chaque client pour le prévenir que sa commande est arrivée.
Pour nous, bassement matérielles, très intéressées par l'économie de la librairie,c'est du temps et de l'argent.
MAIS et pour ces MAIS, nous le faisons cependant et volontiers pour les raisons suivantes:

1)Le client est heureux d'être prévenu.
2)Il est informé et se souviendra qu'il doit passer.
3)C'est le petit plus de la librairie de quartier, qui entretient un lien privilégié avec ses clients, un petit service personnalisé .
4) Victoire, nous avons réussi à obtenir le livre commandé ce qui nous épate toujours vu les difficultés et la multiplicité des acteurs dans la chaîne du livre .
5)Nous sommes ravies de voir le client arriver avec un grand sourire nous demander "son livre" qui est arrivé.
6) L'étagère des livres réservés sera plus rapidement vidées et les sous engrangés.


Les COUACS:
1)Nos clients ont plusieurs numéros de téléphone, pas toujours de répondeurs...
2)On laisse parfois un message à un enfant, à un collègue ou employé de maison qui ne transmet pas l'appel .
3)Nous notons mal le n° de tél ou le client s'est trompé en nous le donnant ou le message atterrit sur une autre planète.
4)Parfois, débordées, nous n'avons pas le temps d'appeler.

Envoyer un SMS ou un mail serait une solution mais c'est long à rédiger.

Faut-il continuer de prévenir par téléphone?

Nous avons eu la visite de l'illustratrice et auteur de livres pour la jeunesse Candice Hayat.Nous vous recommandons Le nuage de Clara, éditions du Rouergue (2006)

Petite discussion à l'heure du café à midi avec cousin Eric sur la nécessité de lire ou pas pour être heureux. Est-ce que la lecture contribue au bonheur ou peut-on être heureux sans aimer lire?
Après tout, on peut être heureux sans avoir jamais lu un livre et on connait tous des gros lecteurs tristes comme la pluie.
(soupirs de la libraire...)

Ma fille cadette avait ce soir comme sujet de dissertation "La littérature sert-elle à divertir, faire rêver ou réfléchir?"
Nous avons prolongé la discussion.

2 commentaires:

Mùchôs a dit…

Certainement les trois à la fois ; quoiqu'il existe de très mauvaises et insipides lectures...

litote en tête a dit…

Oui, c'est bien vrai...