22 mars 2007

Cher Maurice Nadeau

Monsieur,
C'est à vous que je m'adresse ce soir. Votre petit mot reçu ce matin nous a procuré une grande joie. Même votre enveloppe à nos deux noms Maryline et moi, "Les pas si têtes de litote qu'elles disent" nous a attendri, fait rire et plaisir.
Nous sommes très heureuses que grâce à nous, votre moral remonte et nous vous embrassons aussi de tout coeur.
Votre petit mot va rejoindre notre boîte à trésor.

Ce soir avait lieu l'inauguration du salon du livre. Les invitations précisaient :"Nous vous invitons à présenter vos effets aux agents de sécurité".
J'ai souri à cette lecture.
Nous irons lundi à la journée professionnelle.

Nous avons reçu 12 exemplaires des livres de Jacques Chirac, Textes et Interventions( 6 tomes 1 +6 tomes 2 à 23 euros chaque)envoyés d'office.Pour une petite librairie de quartier, je trouve que ça fait beaucoup.J'aimerais bien savoir quelles quantités ont reçu les grandes librairies. Si encore c'était ses mémoires, nous ne serions pas contre mais là, nous ne sommes pas ravies.On verra samedi si les textes et discours de Jacques Chirac intéressent nos clients.
La lettre envoyée par la Direction commerciale d'Odile Jacob "nous remercie par avance de la compréhension que nous voudrions bien bien manifester à l'égard de cet envoi qui, compte tenu de l'actualité, s'inscrit dans une procédure exceptionnelle par rapport aux négociations habituelles".
Non, pas de compréhension de notre part.
Si encore, nous avions de l'échéance, une surremise avec la facture jointe.

Les femmes qui vendent des livres sont-elles dangereuses? Voilà un titre qui nous est venu aujourd'hui en vendant Les femmes qui écrivent vivent dangereusement, L. Adler et S. Bollmann, Flammarion ,2007.

A une cliente qui venait de nous apprendre que son fils était parti en classe de mer avec l'école, nous lui avons dit:
- " Tu souffres?"
- " Non, je souffle", nous a -t-elle répondu en riant.

Le journal Dix et Demi est paru.

Libération est rigolo à lire aujourd'hui. Chaque article est rédigé par un écrivain.Le ton est plus original, les remarques plus drôles.

2 commentaires:

Christophe a dit…

"Les femmes qui écrivent vivent dangereusement"
La suite de "Les femmes qui lisent sont dangereuses" (Flammarion, mars 2006), des mêmes auteurs.
Mesdames vous seriez donc dangereuses à double titre (auteurs et lectrices) !

litote en tête a dit…

A plus d'un titre, les femmes sont aussi fabuleuses, prodigieuses, merveilleuses...Merci Christophe.