24 novembre 2006

Parler de la pluie et du beau temps

Rien de spécial à vous écrire aujourd'hui.

Il bruinait, crachinait, pleuvassait, pleuvinait, pleuvotait aujourd'hui.

Je suis allée chez le coiffeur.
Assise sous le casque , les cheveux crêpés comme une iroquoise, j'ai papoté avec une cliente assise à côté de moi de l'inconvénient de sortir de chez le coiffeur lorsqu'il pleut et autres problèmes.Monsieur M. commerçant rue Alexandre Parodi est entré à son tour dans la conversation.
Bref, impossible de lire le magazine Elle.
La page consacrée aux livres est pourtant séduisante et donne envie de lire les titres chroniqués.
J'avais aussi envie de feuilleter d'autres revues comme Gala, Paris Match et pas seulement les rubriques littéraires...Mais comme c'est très mauvais pour ma réputation,je me suis abstenue.

Nous avons parlé petits commerces et problèmes divers comme la disparition des commerces alimentaires sur le faubourg Saint-Martin. C'est un problème pour toute la capitale qui nous touche par ricochet.J'ai dit à ma chère coiffeuse que je suis allée en parler à Môssieur le Maire avec une délégation de commerçants (nous étions 2).J'ai plaidé pour l'installation d'un marché de produits biologiques sur le faubourg entre le métro Louis Blanc et le métro Chateau-Landon et demandé des illuminations de Noël .

Cet après-midi à la librairie, nous avons eu un p'tit moment de panique: le carnet de commande n°12 avait disparu et tous les clients qui entraient, avaient leurs commandes dans ce fichu carnet.
Ce fut l'occasion d'un rangement de nos tiroirs , de jeter trois tonnes de papier et d'avoir un fou rire nerveux.
Nous avons un petit problème d'organisation liés aux multiples modes de passation des commandes. Certaines sont envoyées par Dilicom via notre nouveau logiciel et d'autres sont envoyées par fax, téléphone ,mail ,coursier ou Internet de chez nous le soir.
Pas toujours facile de s'y retrouver surtout lorsque le client entre et nous demande simplement si nous avons reçu SON livre.
Euh, oui, un instant, nous allons voir.
En fait,nous effectuons un rapide plongeon dans tous nos carnets et après quelques minutes d'apnée, victorieuses, nous pouvons enfin dire au client que son livre est arrivé.
Il ne reste plus qu'à le retrouver sur nos étagères...
Parfois, le livre est sournois, il se cache derrière un autre.

Pluie du matin n'arrête pas le pélerin.

D'un commun accord avec les frères Castro, nous avons décidé de la date d'inauguration de nos magasins: ce sera le vendredi 8 décembre en fin de soirée.

Pourvu qu'il ne pleuve pas!

Un étudiant de l'ISTEC, une école installée dans notre rue, est venu nous offrir son journal et nous demander de rédiger quelques lignes éventuellement pour parler de notre existence,de nos animations, des livres avant demain.
Aucune ligne ne parle de livres . La page culturelle traite de trois films; Da Vinci Code, Volver, Marie-Antoinette.
Je n'ai pas le courage de rédiger un article ce soir et de leur envoyer.Noyé entre l'horoscope et la page Sudoku, je ne crois pas beaucoup à la chance d'un éventuel texte d'être lu. J'ai tort de ne pas essayer, la visite de cet étudiant part d'un bon sentiment et d'un constat: il ne lit pas.
Mais j'ai sommeil.

Le prochain numéro de la revue DIX et DEMI sortira le 10 décembre.

Yvan, le SDF est revenu s'installer à l'angle du Passage Delessert et de la rue Pierre Dupont.
Pauvre homme.Toutes les organisations humanitaires ont échoué. Il revient toujours sur ce bout de trottoir. Des années que nous le voyons là.

Nous avons reçu de jolies photos d'Hubert Nyssen, pour notre vitrine. Maryline a dit qu'elles sentaient "le maquis, les herbes, les plantes" et c'est vrai, elles ne sentent pas l'encre d'imprimerie.Nous nous préparons à recevoir cet invité de marque.
Petit rappel, Hubert Nyssen viendra jeudi prochain à 18h lire le chapitre cinq de La sagesse de l'éditeur, paru aux éditions de L'Oeil Neuf.

Après la pluie vient le beau temps.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Un petit bonjour en passant, au milieu de la nuit (un petit bonne nuit, donc), entre deux phrases (je patauge). Et tiens, puisque je suis là, un conseil de lecture : je viens de terminer un livre qu'on m'a offert au printemps pour mon anniversaire, et que j'avais laissé traîner, peut-être à cause du titre un peu triste : le Bar des habitudes, de Franz Bartelt (chez Gallimard). Ce sont des nouvelles, c'est drôle, émouvant, et... drôle, vraiment. Et beau. C'est vraiment très, très bien. Hop, je retourne à mon petit marécage.

Philippe J.

litote en tête a dit…

Merci Philippe pour ce conseil de lecture.Nous allons jeter un coup d'oeil dans le livre de Bartelt, Le Bar des habitudes, aux éd. Gallimard.
Je pense à toi en train d'écrire dans le calme de la nuit.Travaille bien.
Bises
Co

Nathalie Diaz a dit…

Vous allez recevoir Hubert Nyssen, or c'est grace à lui que je vous lis et découvre les coulisses d'un endroit que j'aime bien fréquenter. Jadis, bossant sur Paris (suis dans le Périgord ) après le boulot j'aimais bien me perdre dans les rayons. Ces instants me manquent désormais, mais "montant" un de ces 4 à la capilate je ne manquerai pas de venir lecher votre vitrine avant d'entrer ! Je me suis permise de vous citer dans mon espèce de blog : http://izoboukine.blogspot.com/ qui raconte quelques devenir des livres que vous vendez. La chaîne se tient. Bonne soirée et lecture avec Monsieur Nyssen et bonne continuation pour vous et toute votre équipe. salutations les meilleures. Nathalie Diaz

litote en tête a dit…

Nathalie, merci pour ce message! Je suis allée dans le Périgord (noir) cet été et ai beaucoup aimé cette région.
Je consulterai votre blog dès demain. Dommage que vous ne puissiez pas venir à la lecture de M. Nyssen. Je vous raconterai.
A bientôt donc, si vous passez dans notre quatier!
Co