30 septembre 2006

Paul Auster à la librairie

Il était déjà venu dans notre petite litote accompagné par un ami.
Nous fûmes surprises et ravies de le voir franchir le seuil de notre nouvelle librairie toujours accompagné du même ami.
Des lunettes masquaient son regard et cachaient des petites blessures consécutives à une chute.
Vous êtes beau quand même, lui ai-je dit.J'espère qu'il ne m'a pas entendue.

Il nous a acheté deux livres écrits par lui pour offrir.Son ami lui a offert Anawratha, d'Anne-Marie Albiach, éditions Al Dante et mettre.de Marie- louise Chapelle, éd.Théâtre Typographique.Nous trouvons toujours étonnant qu'un auteur entre dans une librairie pour acheter ses livres. Nous accordons exceptionnellement une remise dans ce cas.

Ce soir, j'ai emporté Disparitions, l'intégralité des poèmes de Paul Auster, préfacé par Jacques Dupin,traduit de l'américain par Danièle Robert, publié par les éditions Unes et Actes Sud en 1994.
Qui connaît le poète Paul Auster?

La librairie était pleine de monde.Une cliente en a profité pour faire dédicacer un livre.

Un client nous a demandé si nous avions un livre sur la floraison des cerisiers au Japon.

Une cliente amie est venue me dire qu'elle avait été émue jusqu'aux larmes par Le jour à peine écrit, de Claude Esteban, éditions Gallimard.

Dans un coin de la librairie, Maryline a trouvé une bouteille de vodka Smirnoff vide.

Une cliente venait d'apprendre qu'elle attendait un bébé. Son compagnon était avec elle.Leur sourire joyeux à tous les deux.

Il pleuvait tellement en fin d'après-midi que les clients ne pouvaient pas quitter la librairie.

1 commentaire:

Papillon a dit…

Je trouve cette anecdote très "austerienne" ! Auster qui entre dans une librairie parisienne pour acheter ses livres.
Et j'aime beacoup votre blog : c'est un plaisir de vous lire !