19 juillet 2006

Ménage en nage

10h30. Mal réveillée, j'ai trébuché dans l'escalier menant au sous-sol avec l'aspiratueur dans les bras. Je ne l'ai pas lâché.
Résultat: un bleu couleur ciel d'ozone se trouve installé sous les glaçons fournis par la pharmacienne.
Petit café avec sucrettes à l'arnica.

14h. C'est la première fois que ça m'arrive.
Pressée d'aller déjeuner et d'ingurgiter une boisson fraîche, j'ai enfermé un client dans la librairie.
Je ne l'avais pas entendu entrer. Il se faisait bien discret d'ailleurs dans le coin polar. Peut -être glissait-il des mots doux dans les livres qu'un client, un jour, découvrirait...
Nous nous racontons des films parfois Maryline et moi.

J'ai libéré le client . De toute façon, je suis pour la libération de tous les opprimés, de tous les imprimés, de tous les comprimés...

15h30. A la poste,un des lieux climatisés du quartier avec la boucherie et la crèmerie, la guichetière m'a expliqué que les dames assises au fond étaient là depuis midi.

16h15. J'ouvre par hasard page 110, 128 poèmes composés en langue française, de Guillaume Apollinaire à 1968,Jacques Roubaud, Gallimard, 1995,
et lis ce poème de Queneau, Il pleut
Averse averse averse averse averse averse
pluie ô pluie ô pluie ô!ô pluie ô pluie ô pluie!
...

18h. Un jeune étudiant que je recommande ,cherche un poste de libraire.
A bon lecteur, salut!

2 commentaires:

sandrine a dit…

Que je suis contente que la chronique de corinne revienne : un peu de fresh air au coeur de la canicule...ça fait du bien de te lire.même si dans mon île bretonne, je n'aurai pas la possibilité de te lire, je jure qu'en rentrant je lirai tous les épisodes que j'aurai ratés...je suis et reste contre vents et marées une de tes plus fidèles inconditionnelles...à très vite

corinne a dit…

C'est très gentil, very nice...alors, je continue.

Bonnes vacances Sandrine dans ton île bretonne.Tu nous raconteras...
Bon été à vous deux!