16 mai 2010

Tentative d'épuisement d'un lieu parisien : Place Stalingrad

En octobre 1974 Georges Perec s’est installé pendant trois jours consécutifs place Saint-Sulpice à Paris. A différents moments de la journée, il a noté ce qu’il voyait : les événements ordinaires de la rue, les gens, véhicules, animaux, nuages et le passage du temps. Des listes. Les faits insignifiants de la vie quotidienne. Rien, ou presque rien. Ce texte a fait l'objet d'une publication sous le titre suivant : Tentative d'épuisement d'un lieu parisien.

Pour la quatrième séance des ateliers sur la ville qu'il mène dans le cadre de sa résidence à la librairie, Pierre Ménard a demandé samedi 15 mai aux participants de décrire ce qu’ils voyaient, place de Stalingrad à Paris, par écrit (et pour certains en prenant des photographies) du lieu où ils se trouvaient (un café de la place chacun) pendant une heure.

Voilà le résultat en images et en sons de leur travail :


1 commentaire:

beatrice a dit…

Cette place a toujours été un enfer... et malgré les tentatives de "rénovation", d'"embellissement" elle reste toujours aussi sordide. Pour moi, c'est un lieu "maudit", je n'y passe que pour aller aux cinémas MK2. Dommage qu'une telle surface soit si mal exploitée !