20 mai 2009

Le pique-nique du dimanche !

Ce dimanche donc, après moultes inquiétudes au sujet du temps, nous avons pique-niqué dans la rue Parodi, qui avait été parée pour l'occasion des plus beaux assortiments de tables et parasols.

Quelques guirlandes pour la couleur, un peu de vin et quelques mets pour le plaisir, trois accordéons pour le sourire.

Malgré la timidité du soleil, pas mal de gens sont venus fêter l'anniversaire de la librairie. Ainsi, de 11 h 30 à 17h, les passants pouvaient admirer quelques énergumènes chantant et parfois dansant sous la pluie, autour d'un accordéon. Monsieur R, client de la librairie, nous a même fait le plaisir de chanter quelques chansons avec l'accordéoniste.

Quelques gentils clients ont apporté des plats en tous genres : tartes, quiches, cakes et autres... cervelas !
Une petite pensée pour le vin d'Antoine et des frères Castro, le thé et les samosas du phénicien, les huîtres de Frank, les tartines de Justine et autres tranches de saucisson, qui ne firent pas long feu !
Il est à noter que rien de ce qui se trouvait sur les tables ne vécut longtemps.

Le pique-nique fut fleuri par Le Pélican (si, si cette phrase a un sens et en plus elle est bucolique), qui nous inonda de roses à la fin du repas.

Ah, j'avais parlé, dans le dernier billet, de rites bizarres pour favoriser l'apparition du soleil, eh bien je dois dire que j'ai très sérieusement entendu parler, samedi, d' une histoire de tête de poisson accrochée quelque part... Je dois me documenter.

Une bonne journée donc, très agréable. A refaire d'urgence !

3 commentaires:

Hambreellie a dit…

Ouah, quel beau dimanche que vous avez passer !!!! j'ai hâte de venir découvrir votre librairie (fin Juin !!!!)
Bon long weekend à vous !!!

Anonyme a dit…

Cette petite fête était très conviviale, malgré la disparition trop rapide des huîtres de Franck. Et merci à Antoine pour le vin, au Pélican pour les roses...
Et surtout la hola aux Têtes de Litote qui ont bien réussi leur coup. On attend la prochaine avec impatience !
Céline

litote en tête a dit…

Très juste, je n'ai pas cité les gentils commerçants de la rue Parodi ! Je rectifie !