18 mai 2008

Un samedi gâteau


Tarte tatin réalisée par Monsieur Robert...à côté du livre qu'il nous a acheté.


Samedi,la librairie s'est transformée en pâtisserie.
Monsieur Robert, un fidèle client ami, est arrivé avec un moule à tarte enveloppé dans un torchon à carreaux. Il avait fait un tarte tatin.
Nous n'avions pas de couteau. Aussitôt, quelques clients ont sorti de leur poche leur opinel, ce qui nous a surpris. C'est bien un truc de garçon d'avoir un couteau dans sa poche.
Les clients présents dans la librairie et nous, nous sommes régalés. C'est la meilleure que j'ai mangée de ma vie.
Mais tout ça n'arrange pas mon tour de taille.
A quelques semaines de l'épreuve du maillot de bain...

Nous avons eu un monde fou samedi malgré la pluie intermittente.

Madame M. nous a dit que ses enfants avaient perdu l'habitude d'aller à l'école , entre les ponts, les vacances, les grèves...

Une petite fille a reconnu sa surveillante de récré parmi les clientes.

Une maman aime notre librairie parce qu'elle propose des activités aux enfants: lecture sur place, escalier à dégringoler, tabouret et escabeau à gravir, goûter...

Deux enfants discutaient de leurs livres préférés:
Dylan 12 ans, visage d'ange à voix grave expliquait à une jeune jolie Lola qu'il aimait la série La quête de Deltora d'Emily Rodda, éd. Pocket jeunesse, il venait chercher le tome 3.
Lola , quant-à elle adorait la série des Anne-Marie Desplat-Duc, Les Colombes du roi Soleil, éd. Flammarion et venait chercher le tome 8.
Lola m'a offert plein de bises joyeuses.

Pour nous libraires, les séries sont difficiles à suivre. Faut-il avoir en permanence tous les tomes ou juste le premier et le dernier? En tout cas, il ne faut surtout pas rater la nouveauté.

Nous en sommes sûres: on s'est fait voler les deux livres d'Hélène Bessette, Le bonheur de la nuit et Materna, coll. Laureli, éd. Léo Scheer.
Si j'attrape un jour le voleur, je l'attacherai et lui chatouillerai la plante des pieds avec une plume jusqu'à ce qu'il avoue pourquoi les livres d'Hélène Bessette.

Nous avons vendu le livre de Roger Lewinter, ,vers , éd. Ivréa parce qu'il était blanc avec des pages blanches en beau papier et très peu de texte. L'acheteur allait pouvoir dessiner à l'intérieur et l'offrir ensuite à un ami.

3 commentaires:

F a dit…

pour les Bessette, je transmets à LaureLi - on peut toujours se dire que c'est bon signe mais quand même, ils pourraient aller les voler ailleurs que chez vous...

quel plaisir toujours de venir vous visiter en virtuel (c'est pas question de manque libraire : "le livre" à Tours c'est super, et ils recevaient J-C Bailly vendredi, mais bon, y a pas de gâteau et c'est pas vrai que tous les garçons ont des Opinel dans la poche!)

rougelarsenrose a dit…

Argh, désolée pour les Bessette... étrange, en effet...
(Moi, c'est un Laguiole - dans mon sac).
Je vous embrasse,
Laure

litote en tête a dit…

François et Laure, nous avons finalement retrouvé les Bessette!
Ouf, fausse alerte, on devient parano. Un client avait dû les déplacer. On a mis une semaine pour les retrouver. Peut-être qu'on les a rapportés.
François, on se promet d'aller faire un jour un petit tour chez vos libraires qui nous épatent.

Laure, tu devrais plutôt avoir un couteau suisse dans ton sac...
Bises des têtes de litote.