17 mai 2008

Orage ô délice

En fin d'après-midi, la pluie s'est mise à tomber, le tonnerre à gronder et les éclairs à zèbrer le ciel.
C'était un bel orage comme ceux que j'aimais enfant à Noirmoutier. Ma grand-mère fermait les fenêtres, débranchait tout et nous racontait des histoires épouvantables d'électrocution.
Quelques clients ont eu comme alternative de rentrer chez eux en acceptant la
douche ou d'attendre que la pluie cesse.

Grande première aujourd'hui: Maryline a étrenné notre nouvelle poubelle papier. Ce n'est pas une mince affaire cette histoire de poubelle. Nous recevons tellement de cartons!
La nouvelle poubelle est énorme, on doit faire 300 mètres de couloir pour la mettre dans la cour de l'immeuble parce que dans la librairie, elle ne ferait pas très chic. Nous n'avons pas la place pour la cacher.

Un jeune homme recherche un boulot à mi-temps pas trop fatiguant. Nous contacter.

Une petite fille a dit que nous avions un bel épouvantail au lieu d'éventail. Il nous sert à cacher les fils de nos ordinateurs. Que c'est moche ces spaguettis de fil!

Vers 17h, j'ai dit à haute voix que j'avais faim. Aussitôt, une cliente m'a offert du fromage et un morceau de pain.
(J'aurais dû dire que j'avais soif aussi. Peut-être avait-elle une bouteille dans son sac à provisions.)
Ma grand-mère dirait que je suis mal élevée.

Nous avons fait une nouvelle vitrine avec la PLV offerte par la Pléiade. Pour l'achat de trois livres dans cette collection, nous vous offrirons un album André Breton. La librairie la Boucherie ( rue Monge dans le 5ème) a une très jolie vitrine avec des livres anciens d'André Breton.

Une cliente est entrée avec des vêtements sur cintres emballés sous plastique qui sortaient du pressing.
La fois d'avant, elle allait les porter au pressing.

Ce soir, Maryline et moi sommes allées écouter Philippe Beck au Quartier Latin à l'occasion de la parution de Un journal, éditions Flammarion. Martin Rueff était là aussi pour nous parler de l'"extime" de P. Beck, cet impersonnage qui a trois métiers: aimer, lire et écrire.

1 commentaire:

gilda a dit…

Je voudrais bien pour usage personnel des trois métiers de l'impersonnage, la photo en plus.
(quelle présomption, je sais)