02 mai 2008

Bertrand Guillot est entré...


Bertand Guillot, auteur de Hors jeux, éd. le Dilettante

Suite à notre appel au secours, "on s'ennuie" (cf notre blog d'hier), Bertrand Guillot est venu nous rendre une petite visite ce matin.
Très intéressant ce jeune Bertrand que j'ai appelé Stéphane la plupart du temps.
Je ne sais pas pourquoi, mais je trouve qu'il a une tête à s'appeler Stéphane.

Je me souvenais de son livre à la couverture si originale avec ce trou sur la jaquette rouge et de son blog "second flore", très drôle parfois.
Nous avons discuté de tout et de rien, de littérature, il adore le livre Eureka street, de Mc Liam Wilson, de Philippe Jaenada, Delphine de Vigan , Ravalec, Serge Joncour, Régis de sa Moreira ( qui a des nouvelles de ce jeune écrivain si prometteur?)...de certains bloggeurs, bloggeuses et de leur gentillesse.

Comme il nous expliquait aimer écrire ailleurs que chez lui, au café par exemple, nous lui avons proposé de lui prêter un coin de bureau dans la librairie ou de l'installer dans notre sous-sol. On serait à ses petits soins, on le chouchouterait.


&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Ce matin, des brins de muguet glissés dans notre boîte aux lettres attendaient que nous les ramassions.
Ainsi, certains clients amis amours avaient pensé à nous.

Au courrier, un autre cadeau: une enveloppe en provenance de Fribourg, avec dedans un livre de Christophe Gallaz, Les chagrins magnifiques, éd. Zoé.
Karim, ami de la librairie et lecteur du blog, mille mercis pour ce livre plein de nouvelles tendres qui conviennent bien à mon état d'âme ciel nuageux avec du gris dans le bleu. Pour l'instant, j'aime tout particulièrement les nouvelles titrées Le caillou , J'étais crapaud, Le bossu.
Prendre la peine d'acheter le livre, de le mettre dans une enveloppe à bulles avec un petit mot au dos d'une photo, d'aller à la poste, de dépenser du temps et des sous pour nous, m'a donné envie encore et encore d'écrire sur le blog pour vous remercier, cher Karim.

4 commentaires:

katch a dit…

Je découvre votre "merci" depuis un endroit merveilleux, tout près de Marbella.

J'aime toujours beaucoup découvrir vos billets sur le blog, alors j'étais très content de vous envoyer un petit signe amical "non virtuel" depuis ma ville chérie.

Comme d'aucuns de mes amis ont pour habitude de dire: "Ne changez pas de style!".

Bien littérairement vôtre.

Anonyme a dit…

...ah mais si! il a TOUT À FAIT une tête de Bertrand, ce Bertrand...;o)))
BIses, et bonne journée (je vous envoie une grosse tranche de soleil lyonnais, à placer dans votre ciel à la place du nuage gris..)
Géraldine

Anne a dit…

Ah ah... on peut venir écrire dans votre sous-sol ?! Les cafés et leurs radios nous ayant chassé depuis longtemps, il ne reste plus beaucoup de place, à Paris, pour écrire.
A bientôt peut-être ?
(suis passée lors de la soirée Déplacements, mais nous étions tellement nombreux...)

arpenteur a dit…

Je ne sais pas par quel hasard je vous découvre...
J'aime les librairies depuis toujours, je voulais juste vous le dire...
Et la prochaine fois que je serais sur Paris, je viendrais arpenter vos rayonnages...