01 avril 2008

Inventaire terminé

L'inventaire a duré trois jours. Commencé dimanche, nous avons fini mardi à 17h.
Nous sommes à ramasser à La petite cuillère à cafter. (Titre de Jean-Bernard Pouy, Le Poulpe, Ed. La Baleine)

Cette année, nous étions trois, parfois quatre à inventorier : Zabeth, Jean-Claude, Maryline et moi, un quatuor de choc. Les bip bip des scanner portables formaient un joyeux concerto.
Le miaulement d'un chat dans la courette nous accompagnait.

Des chocs, nous en avons eu: panne de portable pour scanner les livres, d'imprimante, de téléphone, de liaison internet. Tout n'est pas encore réglé, nous n'arrivons toujours pas à envoyer nos commandes via internet.

Pourtant, les techniciens se sont succédés. Nous les entendions soupirer, prononcer des drôles de phrases que mes oreilles déformaient: "Quand je ping, elle veut pas risette, pas d'option idéfix, j'ai débranché le routard..."

C'est un peu de ma faute ces pannes. Un commercial de chez Orange m'a persuadé de changer de forfait pro en argumentant que nous ferions ainsi des économies vu nos consommations téléphoniques. Il en a profité pour nous mettre un débit internet plus élevé sans nous prévenir que cette opération allait tout déparamétrer.
Grrr...

Une surprise: un petit mot d'une amie retrouvé dans un livre avec des grosses bises. C'était amusant de découvrir les quelques lignes de mon amie Laurence à ce moment-là. Ses bises tombaient à pic, j'en avais besoin.

Des bobos: une chute d'escabeau, un ongle abimé; une chute de livres en cascade posés en domino aurait pu être dramatique.

Quelques phrases entendues au hasard: "Je gratte Bouraoui, elle colle l'étiquette."
"Je vais faire sous la table".
"Monsieur le Gros Monsieur
est tombé".(Titre de Francis Cohen, éditions Théâtre Typographique).
Je vous épargne les réflexions de chacun des inventoristes sur les livres poussiéreux, invendus depuis des lustres.





Maryline en premier plan et moi aux commandes de l'ordinatueur.

Maryline en action.

Zabeth concentrée.

Et moi...toujours avec mon petit sourire niais lorsque je sais qu'on me photographie.

5 commentaires:

Seadew a dit…

... et ça s'envole pas les Post-It sur les étagères en bois ?... ici fait trop sec, ils tombent et ça m'énerve !!!
Sérieux : Félicitations à toute l'équipe.

Anonyme a dit…

Bravo et non, votre sourire n'est pas du tout niais, avant de lire la commentaire, je me disais, jolie photo...
Elou

litote en tête a dit…

Chère Maryline, nous mettons du scotch sur les post-it et ils tiennent même avec l'humidité...
Fait-il toujours beau au Chili en cette saison? Nous attendons avec hâte le retour des beaux jours.

Merci Elou, ça me réconforte...un petit peu. Mais n'empêche, je me trouve moche.

Anonyme a dit…

Le titre du Pouy, c'est "La petite écuyère a cafté"... mais vous êtes toute excusée... La fatigue !
Bon courage
Francis

Lisa a dit…

Sourire niais ou pas, je suis ravie de mettre un visage sur votre plume! Je vous lis depuis quelques semaines (mois?) maintenant, en espérant de devenir une cliente si je "monte à la capitale" un jour!