07 février 2008

Soirée lecture auteurs collection "Déplacements"

Cher François Bon,

Hélàs, vous n'avez pas pu venir, cloué KO au fond de votre lit.
Votre fils et deux jeunes femmes des éditions du Seuil, Flore Roumens qui s'occupe de la collection Fiction et cie et Noémie, étudiante stagiaire, nous l'ont appris quelques minutes avant le début de la rencontre.
Désappointement ,tristounesse, inquiétude sur votre santé, tout s'est mélangé dans notre tête. Rassurez-nous vite, donnez-nous de vos nouvelles.

Les auteurs de votre collection étaient là sauf Michèle Dujardin, l'auteur(e) de abadôn, excusée elle-aussi.

Je vais essayer de vous résumer la soirée comme si vous y étiez...
mais de mon point de vue de libraire, tête de litote.


Il y avait tellement de monde que certains n'ont pas pu entrer.
Je plaignais sincèrement les personnes à l'entrée, eavec leurs manteaux, leurs écharpes. Il faisait très chaud dans la librairie.
Maryline est allée éteindre les radiateurs.

Comme souvent, j'ai "merdouillé "avec mon appareil photo. Je n'ai pas réussi à mettre le flash qui convient. Désolée pour la mauvaise qualité des photos.
Comme à chaque fois, je m'en veux d'être aussi nulle mais, bah, je ne fais rien pour m'améliorer.


Maryline et moi étions derrière nos bureaux, assises à l'aise. J'en avais un peu honte: devant moi ,une haie d'oreilles attentives et des yeux aussi, étaient serrés comme des sardines. J'ai aperçu mes vieilles amies Sophie et Laurence, Caroline Faucheron la photographe, un bout de nez de cousin Eric, Laurent notre gentil donateur/bienfaiteur, le haut de la tête de Pierre Ménard, les blogueuses choupinettes Caro(line) et Fashion Victim. Heureusement, madame Portier, future auteur(e)dans votre collection et dans l'attente d'un autre joyeux événement, a pu s'asseoir sur un tabouret.
J'étais inquiète de voir monsieur Deluy avec un gros manteau et une écharpe. Mais il m'a rassuré en me disant que c'était un homme du sud.


Jérôme Mauche a pris la direction des opérations. Il faut dire qu'il est habitué à recevoir les auteurs au musée Zadkine...
Après des chuts et des re chuts, les lectures ont commencé. Vous pouvez apercevoir Cousin Eric (Eric Bouhier, auteur du Cabinet des curiosités médicales, éd. Le Passage) sur la droite avec un petit verre de vin rouge en main. (Il adore le petit vin des frères Castro).
Maryline m'a glissé à l'oreille que ça sentait le saucisson. Je me suis retenue de rire. Nous avions bien fait les choses pour l'apéro: chips, cahouètes, saucisson ses et à l'ail... plus les petits vins des frères Castro. Il faudra quand même que vous veniez les goûter un jour !


Pascale Petit lisant manière d'entrer dans un cercle et d'en sortir
titre prédestiné pour la soirée...
A cette heure de la soirée, il était impossible d'entrer ou de sortir de la librairie.




Jérôme Mauche lisant la loi des rendements décroissants
Moi aussi, j'avais adoré son Electuaire du discount paru aux éditions Le Bleu du ciel.
Pourvu que ce dernier titre ne concerne jamais notre librairie!
Quant-au premier titre, le rendement n'étant pas notre fort...






Lise Beninca lisant balayer fermer partir, qui sort à la fin du mois
Balayer, fermer et partir, c'est ce que nous avons fait après le départ de tout le monde...



Pouvez-vous imaginer le vide dans la librairie après le départ de tous ?
Demain , lorsque j'ouvrirai la librairie, je verrai les restes de la soirée : les livres invendus, les photos de vos auteurs sur les murs.
Pourvu que la librairie ne sente pas le saucisson !
Et Maryline n'est pas là demain, ni après-demain...


Béatrice Rilos lisant enfin. on fera silence
Oui, l'assemblée a fait silence pour l'écouter...
Je retiens quelques bribes : "Elle perd l'équilibre... lieu mi-clos... s'évanouir... diagnostic-état critique"




Je regarde l'assemblée: tout le monde va bien.
(Une fois, lors d'une lecture d'Hubert Nyssen, une jeune femme s'est évanouie, les pompiers sont venus. Quel ramdam! Monsieur Nyssen en garde quand même un bon souvenir. Il revient chez nous le 20 mars.)


Arnaud Maisetti lisant où que je sois encore
Où est-il ce jeune auteur en ce moment? Où sont-ils tous ceux qui sont venus, où êtes-vous à cette heure où j'écris ?
Je ferai mieux d'aller dormir plutôt que de vous écrire n'importe quoi.

Demain, je serai fatiguée et grognon.



Parfois je pense qu'écrire n'importe quoi est à peine différent que lire n'importe quoi.

Hugo Bon lisant des extraits du livre abadôn de Michèle Dujardin
Est-il votre portrait jeune ? On ne vous connaît pas assez. Il lit en prenant possession du texte. Fait-il du théâtre, nous sommes-nous demandé ? Il semble doué pour ça.
Mais de quoi je me mêle...




Henri Deluy bien entouré...
J'étais contente qu'il se soit déplacé. Il m'a dit que nous avions un beau rayon poésie. J'étais fière comme bar-tabac.(Pardonnez ce jeu de mots, je suis en train de fumer une cigarette et l'heure est tardive). Il faut dire que nous avons l'aide précieuse de Claude Royet-Journoud entre autre pour constituer ce rayon. Il nous guide en nous conseillant les livres qu'il a aimés.
L'éditeur Eric Pesty aussi nous a donné des conseils en prenant le temps de feuilleter les catalogues avec nous.
Et puis, Victoria, une jeune étudiante brillante à vous donner des complexes s'est mise elle-aussi à parfaire ce rayon... On avait déjà Yann, un autre étudiant !


Eric Aeschimann auteur du livre Dieu n'existe pas encore, éd. Flammarion, journaliste aux pages culture de Libération (rubrique "essais")
Il m'a donné envie de suivre des cours de philo...


Isabelle Leclerc, notre amie libraire, librairie L'Imagigraphe, rue Oberkampf, dans le XIème.
C'est en allant à la présentation de votre livre de photos sur l'usine Boulogne-Billancourt que nous avons fait votre connaissance. Peut-être vous en souvenez-vous ?
Quoique ça m'étonnerait, vous rencontrez tellement de monde...
Elle est choux d'être venue.


Pierre Escot, auteur du livre Planning, éditions PPT, à lire absolument.

Ouh la la, il est déjà bien tard ou bien tôt.
Vous devez vous ennuyer à lire tout ça.

Maryline se joint à moi pour vous souhaiter un bon rétablissement.
En espérant vous voir un beau jour entrer dans notre librairie...
Recevez nos amitiés.
Co

7 commentaires:

Malice a dit…

Je veux vous rassurer vos photos elles sont très bien. Le flash aurait tout gâché. Personnellement j'aime pas le flash ça écrase les visages, les yeux rouges c'est très vilains, horribles même. Alors que là c'est chaleureux comme le devait être cette soirée, très réussie, je suppose !

Caro[line] a dit…

Dommage que Fashion et moi ayons été obligées de partir comme des voleuses car un autre rendez-vous nous attendait ailleurs... J'aurais apprécié de pouvoir rester plus longtemps !

Caro[line] a dit…

Dommage que Fashion et moi ayons été obligées de partir comme des voleuses car un autre rendez-vous nous attendait ailleurs... J'aurais apprécié de pouvoir rester plus longtemps !

Arnaud Maïsetti a dit…

merci encore pour l'invitation...

Lise B a dit…

Bonjour,

Juste un mot pour vous remercier de nous avoir si bien reçus dans votre librairie, et d'avoir pris le risque d'inviter des auteurs dont le livre n'est pas même encore paru ! (Nous étions deux dans ce cas lors de cette lecture autour de la collection Déplacements.)
J'ai dû partir un peu précipitamment, et me suis trouvée bien malpolie de ne pas prendre le temps de vous remercier directement. Mais c'est vrai qu'au moment où j'ai voulu vous dire un mot, il y avait une foule de gens entre vous, le saucisson et moi... Impossible de s'approcher !
Merci encore, l'ambiance de votre librairie est très agréable, et j'ai moi-même passé un très bon moment ce soir-là.
Bonne journée dans le soleil !
Lise Benincà

Anonyme a dit…

Bonsoir!
Puisque ce message est adressé à François Bon, je souhaitais simplement lui dire que j'espérais qu'on aurait à nouveau l'occasion de l'entendre faire des lectures accompagné par Vincent Segal ou d'autres musiciens aussi talentueux. A Tours, par exemple, c'est une si belle ville...;-) Peut-être pas pour du Led Zeppelin, ou peut-être que si, mais en tout cas vous, vos mots, votre voix et le violoncelle... Merci pour ce souvenir qui remonte à bientôt deux ans si je ne me trompe...
A bientôt?
alexandra (non, non, ne cherchez pas un éventuel souvenir, je m'étais contenté d'être dans la salle!)

litote en tête a dit…

merci Malice, je trouvais pourtant que mes photos auraient pu être meilleures.

Caro et Fashion, c'est toujours un plaisir pour nous de vous avoir comme fidèles supportrices (euh, bizarre ce mot).Vous êtes vraiement adorables de venir régulièrement, vous n'habitez pas à côté pourtant. Plein de bises à vous deux.

Merci Arnaud Maïsetti et Lise Benincà, c'était un plaisir de vous recevoir et de vous entendre lire des extraits de vos prochains livres.
Comme j'ai trouvé la librairie petite! Nous aurions aimé avoir une grande pièce pour mieux vous recevoir.
Dans mille ans peut-être!