07 mai 2007

Mes premiers pas dans l'écriture

Durant ses vacances, Corinne m'a proposé d'être votre nouveau messager pour raconter les aventures des drôles de dames de la Litote en tête.
Cela fait maintenant 4 semaines que je partage la vie de la librairie (et celle du quartier) en tant que stagiaire. 4 semaines intenses où je découvre, avec bonheur, le vrai métier d'une libraire.
Je ne suis plus la cliente qui achète des livres après avoir flâné longuement dans les rayons, en replaçant distraitement des livres mal rangés (oui, moult fois je me suis surprise à le faire), je suis passée de l'autre côté. J'accueille les clients, les conseille quand ils le souhaitent. Je réceptionne les livres (quel plaisir de voir les nouveautés arrivées, je peux les feuilleter avant tout le monde) et parfois je m'occupe des retours des livres chez le distributeur. De ma nouvelle place, je repère désormais les clients amoureux des livres qui, comme moi, replacent les livres.

Au cours de mes journées de travail, j'ai remarqué qu'il y avait plusieurs types de clients, dont:
- les "sûrs d'eux": en entrant, ils ont déjà leurs idées. Ils se dirigent directement vers le rayon, prennent le livre, le payent et après quelques mots disparaissent aussi vite qu'ils sont entrés.
- les "joyeux": ils entrent un grand sourire aux lèvres, les premiers à dire bonjour. Ils viennent pour regarder les livres et en profiter pour discuter de la pluie et du beau temps.
- les "timides": ils entrent. La libraire lance, la première, le bonjour pour leur montrer qu'ils ont été vus et leur indiquer que nous sommes à leur disposition. Ils flânent dans la librairie sans trop savoir où chercher et n'osent demander. Une simple phrase de notre part "puis-je vous aider?" et aussitôt le contact est créé. Ils n'osaient pas demander, comme s'ils avaient peur de gêner.
- les "grincheux": rares dans la librairie, peut-être 2 depuis mon arrivée. Dès leur entrée, nous sentons qu'il faut être deux fois plus souriantes, accepter leurs remarques sur notre travail, sur l'absence d'un livre ou d'un qui n'est pas encore arrivé.
- les "profs": ce n'est pas péjoratif. Avec eux, je sens comme si la future libraire ce n'était pas moi mais le client. je redeviens l'étudiante. Ils me parlent d'auteurs et de livres avec tellement de passion que la seule envie est de fermer la boutique, de se mettre dans un coin et de lire tous les livres mentionnés. Parfois je me sens le simplet de l'histoire car les auteurs cités je ne connais que leur nom et jamais je n'ai encore ouvert un de leurs livres. Un jour, un client me parle du nouveau livre de Daive (Jean), durant une fraction de seconde je pense au chanteur dans ma tête mais bien vite je me rend compte de mon ridicule quand je comprends qu'il parle d'un poète que je ne connaissais pas.

Ainsi, chaque jour, je quitte la librairie avec pleins de titres nouvaux dans la tête.
Toute l'année, je me suis plainte de ne pouvoir plus lire autant qu'avant(mes études me prenant beaucoup de temps). Avec le stage, je retrouve la joie de me plonger dans les livres. Dès le métro, je sors mon livre. Le soir, je bouquine. Dans la librairie, entre deux clients, je picore ici et là. Malheureusement, j'ai un nouveau problème: travailler dans une librairie donne envie de tout lire. Aussi chaque jour, je commence un livre que je ne finis pas car le lendemain un nouveau me fait envie. Résultat, je me retrouve avec une dizaine de livres entamés aux trois-quart. Avant je détestais cette pratique: quand je commençais un livre je m'obligeais à le finir, qu'il m'intéresse ou non. Je m'en faisais un devoir. Maintenant, je lis pour moi mais également pour pouvoir conseiller les clients.
Samedi dernier, une cliente entre, regarde plusieurs livres. Pour chacun, elle me demande si je l'ai lu, s'il est bien. Trois fois la question et trois fois la même réponse "désolée, je n'est pas eu le temps de le lire mais les critiques sont très bonnes ou je peux vous conseiller dans le même genre tel livre". Au final, elle est partie avec d'autres livres. Les livres que je n'avais pas lu sont restés sur les tables. Je me sentais un peu inutile.

Je ne me décourage pas car depuis le début du stage j'ai appris énormément sur les livres mais également sur le fonctionnement, la gestion d'une librairie... mais tout cela je le raconterai dans le prochain épisode...

Menu du jour
- entrée: Tous les feux le feu de Julio Cortazar. Un livre de nouvelles à consommer sans modération. Un vrai régal.
- plat principal: L'affaire Jane Eyrede Jasper Fforde. Rafraîchissant et idéal pour oublier le période morose actuelle. A déguster dans le métro, à la pause, à la plage ou tout simplement lové dans un canapé. Pour les plus gourmands, la lecture peut s'accompagner des suites (Délivrez-moi! et Le puits des histoires perdues).
- dessert: le classique Peter Pan de James M. Barrie. Redécouvrez la vraie saveur de cette histoire loin du dessin animé édulcoré et enfantin d'une certaine souris aux grandes oreilles et au short rouge.
Bonne lecture.

6 commentaires:

FB a dit…

très impressionnant, et bravo pour le début

ça pose une vraie question : je sais bien que tous les libraires sont des lecteurs considérables, et lisent à l'image de leur librairie - d'ailleurs, si on choissit telle librairie et pas une autre, c'est bien pour ce "visage" de livres qu'ils assument

mais je n'ai jamais demandé à un libraire d'avoir lu tout ce qu'il me propose : ce serait terrible - une bibliothécaire racontait l'an dernier comment elle achetait des livres qu'elle gardait chez elle sans les lire, mais qu'elle tenait à avoir (et c'était par ailleurs une fière liseuse) - une autre bibliothécaire disait que chaque fois qu'elle rangeait un livre par exemple à la lettre D, elle lisait un bout de tel auteur, et que finalement elle pensait le connaître

je suppose que lorsqu'un libraire propose un livre, il respire tout un tas d'affinités, et que la "lecture" c'est aussi la constitution de ce monde complexe d'affinités et résonances, qui n'inclut pas seulement la lecture linéaire

et, sinon, quel brouillage ?

en espérant signer : un lecteur de la cinquième catégorie (plutôt de la 3ème, mais en fait j'aime pas qu'on me parle quand je cherche un livre)

ai mis petite note sur Eric Bouhier ici:
http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article844

et continuez!

Cuné a dit…

Bravo et merci, Stéphanie, de reprendre le flambeau du blog et de nous donner ta vision du quotidien chez Litote, j'adore !

sandrine a dit…

Chere Stéphanie,
C'est avec beaucoup de bonheur que je viens de lire votre billet du jour.j'aime votre regard neuf et à la fois aiguisé sur notre librairie de quartier préférée: c'est interessant ce point de vue qui est à la fois en dedans et encore en dehors.J'aime ce que vous dites des livres et des clients( il se trouve que je suis prof).J'aime aussi ce que vous dites des livres et de votre envie de tous les lire: vaste programme. Mais je crois au contraire de certains qu'il ne faut pas avoir honte de dire que on ne les a pas lus quand c'est le cas: votre cliente est repartie avec d'autres livres car vous avez su susciter l'envie de les lire. Avoir envie de donner l'envie est la tâche au combien agréable que nous partageons libraire et prof de lettres. C'est une chance, il faut la cultiver.Enfin je conseille aux lecteurs interessés par les mécanismes de la mémoire et en particulier sur le phénomène de l'amnésie le très joli livre de Frédérique Deghelt chez Actes sud:une jeune femme rencontre un homme un soir et le lendemain elle se réveille et on est douze ans plus tard. Elle a oublié tout ce qui a fait ses douze dernieres année, elle va donc partir à la recherche de ses années oubliées.
je l'ai lu en deux soirées et il a été mon antidote le soir de l'élection, si vous voyez ce que je veux dire... cordialement sandrine

Laurent a dit…

Bonsoir,

Beaux débuts sur ce blog, Stéphanie.

Un coup de coeur pour cet inédit de Jonathan Coe : "La Femme de hasard" paru chez Folio. Pour les amateurs de cet auteur britannique bien désabusé, c'est un régal.


Un "joyeux" "timides" "sûr de lui" suivant les jours

ChefBiscuit a dit…

Salut,
C'est vraiment très sympa de te lire. Je commence mon stage en librairie dans un mois et j'espère vraiment qu'il va se passer comme tu le racontes. bonne continuation.
Pauline

litote en tête a dit…

Merci à F.B pour son message.
Il y a encore quelques semaines je m'inspirais de votre travail sur Internet pour un dossier d'étude. Le thème en était l'image de l'écrivain et son rapport avec Internet.
Cette expérience d'écrire est vraiment passionnante. Je ressens un vrai plaisir à écrire sur mes petites expériences en librairie.

Stéphanie