03 avril 2007

Une matinée ordinaire

J'emprunte ce titre à Jacques Dupin dans Chansons troglodytes.A l'occasion de la parution chez P.O.L de 04-03 ,mélanges réunis par Francis Cohen et Nicolas Pesquès pour son quatre-vingtième anniversaire, j'ai plongé ce week-end dans sa poésie et suis ressortie approfondie.
Coudrier,éd. P.O.L, son dernier livre est en vitrine à l'honneur.

"Le fracas des volets qui s'ouvrent
le premier rayon de soleil..."
Ce matin, j'avais encore envie de dormir.
Je suis arrivée en retard, Maryline avait préparé le café depuis longtemps...
Les poubelles n'avaient pas été ramassées (Avez-vous entendu parler d'une grève?),pourtant notre balayeur habituel sifflotait.

Des collègues de bureau sont venus choisir des livres pour deux de leurs camarades licenciés pour raison économique avec une enveloppe coquette pleine des sous de leur quête.
Beaucoup de livres sont offerts à l'occasion d'un mariage, d'un anniversaire de l'un des leurs par des employés qui se cotisent.C'est rassurant et agréable de constater cette fraternité.

A 14 heures, heure de notre pause-déjeuner, j'ai voulu rester travailler à la librairie pour ranger un peu avant l'inventaire du week-end prochain mais je n'ai pas arrêté d'ouvrir pour dire que c'était fermé ...mais qu'on pouvait entrer quand même.Paradoxe du commerçant qui veut des clients pendant les horaires d'ouverture mais pas après ni avant.Aucun client ne se souvient de nos horaires si bien qu'une année, nous avions affiché une pancarte avec écrit dessus "Horreurs d'ouverture"...
Peu de gens ont lu le jeu de mots.

Une cliente nous a demandé si nous avions par hasard le livre qu'une de ses amies a écrit. Oui, nous l'avions, nous l'avions même lu et aimé. Il s'agit du roman de Cypora Petitjean-Cerf, Le corps de Liane, paru aux éditions Stock en janvier 2007.

Une cliente amie nous a offert des savons d'Alep achetés à Damas.C'est vraiment gentil.
Maryline a cru que c'était des gâteaux.

Page 103 dans Le Cabinet des curiosités médicales d'Eric Bouhier, éditions Le Passage,
qui sortira le 12 avril, je lis que les deux seuls organes autonettoyants sont l'oeil et le vagin.

4 commentaires:

Pauline a dit…

Bonjour. Venant de découvrir votre blog il y a quelques semaines, j'aimerais savoir comment vous avez fait pour devenir propriétaire de cette librairie? Quel a été votre parcours avant de travailler dans cette librairie. (J'espère que vous ne l'avez pas déjà dit dans une page de votre blog, j'avoue que je n'ai pas tout lu...) Bonne journée.
Pauline

litote en tête a dit…

Ouh la la Pauline,il faut que je vous résume ma vie en trois lignes...
Lorsque j'étais étudiante en droit et en histoire, j'ai eu besoin d'un dictionnaire.Je suis allée à la FNAC et à la caisse, j'ai demandé le service du personnel.Boursière, j'avais besoin de travailler.C'est ainsi que j'ai commencé à vendre des livres . Ensuite, titulaire de mes diplômes, j'ai créé une librairie juridique pour le compte d'un éditeur et eu la responsabilité d'une autre rue Soufflot.Après un arrêt de 7 ans pour élever mes filles, j'ai eu envie d'ouvrir une librairie à mon compte près de chez moi , (spécialisée en littérature cette fois-ci)afin que mes puces en sortant de l'école, puissent venir travailler ou jouer au magasin.J'ai emprunté une petite somme d'argent à mon père, raclé les fonds de tiroir et avec le soutien de mon mari, ai ouvert la petite Litote.
Certains éditeurs se souvenaient de moi et m'ont accordé de bonnes conditions financières voire des dépôts.
Et Maryline est entrée un beau jour...C'était une cliente au départ.
Nous sommes deux maintenant.
C'est le plus beau de l'histoire.

Pauline a dit…

Merci de m'avoir répondu! Je vous envie d'avoir réussi à avoir votre propre librairie j'espère que je pourrais faire de même plus tard (quand l'expérience et les finances seront un peu plus grosses qu'aujourd'hui) Bon courage pour la suite.
PS : j'ai passé votre adresse à des personnes de ma classe, donc d'autres étudiants en métiers du livre vont vous lire...

litote en tête a dit…

Merci Pauline.L'avis de la jeunesse, de "la relève" nous intéresse beaucoup, Maryline et moi.Je vous souhaite d'ouvrir un beau jour votre librairie si tel est votre plus cher désir.Pourvu qu'il y ait encore des lecteurs dans les années à venir!
A bientôt!