14 novembre 2006

Tribunal de commerce

Une librairie, c'est aussi une entreprise avec des formalités à respecter.
Aussi, aujourd'hui, je me suis rendue au Tribunal de Commerce Quai de Corse pour modifier les statuts de la SARL LITOTE pour cause de changement de siège social.

C'est pas une mince affaire! Après avoir réussi à récolter les pièces nécessaires et télécharger le formulaire M2, je suis allée me faire expliquer les cases à remplir et déposer le toutim...

En attendant que mon N° d'appel s'affiche à l'écran, j'examinais la salle du Registre du Commerce des sociétés.
C'est sous le règne de Napoléon III que ce bâtiment a été construit.
La salle du RCS a encore quelques boiseries au mur mais tout est vieillot malgré des essais de modernisation.
Ouh la la, j'espère que les sociétés françaises ne sont pas à l'image de cette salle.
La faux plafond avec sa lumière au néon est bien laid,trois pauvres ficus essayent de masquer les sièges allignés tristement dont celui sur lequel je suis assise mal réveillée au milieu de cette grande salle.Quelques dames très affairées vont de guichet en guichet; leurs talons font clac clac sur le sol.
Je sens que je vais être appellée au guichet M, légèrement masqué par un paravent mauve avec une reproduction d'un tableau de Kandinsky au-dessus, l'employée semble plus sympathique.
Catastrophe, la dame s'en va quitte son poste, va faire la bise au jeune homme qui arrive, sort de la salle...Ouf, elle revient quelques minutes plus tard avec un gobelet contenant un liquide fumant.
L'écran s'allume, c'est mon tour: guichet H. Zut!
Triple Zut, il faudra que je revienne, n'ayant pas bien rédigé le Procès-verbal d'Assemblée Générale Extraordinaire.
En quittant la salle,je passe devant la statue de Michel de l'Hospital, fondateur de la juridiction consulaire... il n'avait pas l'air commode.


Cet après-midi, j'ai téléphoné à un petit éditeur pour lui commander un livre. Ce livre était indiqué "à paraître "sur Dilicom, notre procédé de commande via internet.
L'éditeur était triste de m'apprendre que ce titre était disponible chez son distributeur depuis mi octobre.Làs, il m'a dit que les grands distributeurs ne veulent pas distribuer les petits éditeurs comme lui et que les petits distributeurs sont mauvais.
Pas facile d'être un petit éditeur en province.
Quelles sont les chances que ses livres arrivent à notre connaissance et sur nos tables?

4 commentaires:

sam a dit…

Bonjour
pour esquisser une réponse à la dernière question, il me semble que le "système livre" (gros éditeurs, diffuseurs, SNE, l'Office) est construit pour les grosses structures et les gros tirages et n'est pas adapté pour ne pas stimler la concurrence. D'autant que bcp de gros éditeurs reprochent aux petits d'exister. Donc, il est quasi impossible de retrouver ces livres de petits éditeurs sur votre table. Sauf si l'éditeur se déplace. Mais comme il vient de très loin et que le livre n'est pas médiatisé, c'est peu/pas rentable. Et pour un "petit libraire", serait-ce vraiment rentable de traiter avec des petits éditeurs?

Que faire? Le début de solution pourrait passer par un (meilleur) regroupement des petits éditeurs pour mettre leur force en commun. L'édition est aussi un business.

Voila quelques réflexions. Mais je reconnais que je ne connais pas bien ce milieu. Que tout cela est sérieux... :)))

Sam.

litote en tête a dit…

Bonsoir Sam,
Pour un petit libraire, il est difficile de travailler avec un petit éditeur . Tout est plus compliqué, le suivi du stock, le réassort s'il est acheminé par la poste (gros problème des frais de port), les factures éparses à gérer, à ne pas oublier de régler.
Mais dans certains, cas, le libraire doit aussi faire un effort si les livres proposés sont de qualité et correspondent à sa spécialité.Les librairies ne doivent pas avoir tous les mêmes livres à vendre.Or, c'est ce qui se passe avec le poids des dinosaures de la distribution. Ecrasés par le système, le libraire peine à chercher d'autres livres d'autres auteurs et manque d'information qualitative sur la production éditoriale dispersée.
Il manque de distributeur/ diffuseur de petite taille spécialisé peut-être et comprenant le métier de libraire.
A bientôt Sam!
Co

Khalidiatou a dit…

Ouf !
J'ai eu très peur d'une liquidation judiciaire.

litote en tête a dit…

Khalidiatou, merci pour votre inquiétude...