17 octobre 2006

Les éditions Inventaire/Inventions

Les voitures klaxonnaient, les sirènes pimponnaient lorsque Baptiste est entré pour nous présenter les nouveautés des éditions Inventaire/Inventions, un éditeur installé dans une folie à la Villette.
Parc de la Villette- 211, av. Jean Jaurès-75019 PARIS- Tél 01 42 40 33 21

Fondé et dirigé par Patrick Cahuzac, ce pôle (multimédia) de création littéraire a déjà 5 annés d'existence et 58 titres , au catalogue d'écrivains déjà publiés chez POl, Minuit, Stock...Ces textes courts sont très peu chers , de 5 à 10 euros.

Je vous cite quelques auteurs: Pierre Alféri, Philippe Adam, corinne Atlan, François Bon, Suzanne Doppelt, Jean-Michel Espitallier, Colette Fellous, Christophe Fiat, Albane Gellé, Liliane Giraudon, Philippe Gueguen, Ludovic Janvier, Jean-Yves Jouannais, Leslie Kaplan, Louise L. Lambrichs, Catherine Lépront, Laurent Mauvignier, Murakami Ryû, Jean-Claude Pirotte, Nathalie Quintane, Alina Reyes, Jacques Séréna, Dominique Sigaud, Tanguy Viel et Patrick Cahuzac.
Vous aurez plus d'information en consultant leur site:
www.inventaire-invention.com
Leurs livres ont désormais des jaquettes en couleur. Voici leurs nouvelles parutions:
Cuba-Cola, Julien Blaine
Là où l'âme se déchire un peu mais pas toute, Rémi Checchetto
CHTO interdit aux moins de 15 ans, Sonia Chiambretto
Heisel, Béatrice Rateboeuf
L'attache mongole de la paupière, Pol Savina .

L' éditeur Eric Pesty est entré comme un petit rayon de soleil nous rendre une petite visite avant de repartir pour Marseille.

Deux fois aujourd'hui, on nous a demandé un livre en grand format alors que nous l'avons en poche.D'habitude, c'est plutôt l'inverse. Il nous faut donc quand même garder quelques livres dans l'édition d'origine, mais quels titres? Ceux susceptibles d'être offerts, les grands textes mais lesquels, pourquoi certains et pas tous?

J'ai expliqué ce matin à un client professeur que je n'avais plus envie de vendre des livres à 2 euros alors que d'autres livres en poche sont à peine plus chers, qu'en achetant un vrai livre à son prix même en poche, on valorisait le livre aux yeux des collégiens, il devenait plus précieux.Ils auraient envie de le garder . Mais je me trompe peut-être.Je devrais me taire parfois et me garder de faire des réflexions.
(Grand-père me disait de tourner sept fois la langue dans ma bouche avant de parler...)
Un lycéen nous a dit qu'il ne savait pas quoi faire du livre une fois qu'il l'avait lu.

Le coursier MPL est maintenant muni d'un tire-palette à roulettes pour nous livrer. Une amie libraire venue nous faire une petite bise, nous a dit recevoir aussi beaucoup de cartons dans sa librairie depuis la rentrée.Nous avons le même problème qu'elle: le trop grand nombre de nouveautés à entrer en stock nous empêche de faire les retours.

Une cliente a découpé Les bienveillantes de Jonathan Littell en 4. Elle trouvait le livre trop lourd à transporter, à lire au lit.
Elle a pris un grand couteau de boucher pour le découper...

3 commentaires:

esther a dit…

oh mon dieu, mais qu'a fait cette cliente à son livre !!! Bon, dans un sens je la comprends, Littell est peut-être très bien (je ne peux juger, je ne l'ai pas lu) mais son poids fait peur. C'est une véritable prise de tête pour s'installer avec ce livre. L'auteur en a-t-il conscience ?

sandrine a dit…

c'est un vrai problème que de faire acheter des livres à des élèves. Alors que j'interrogeais des élèves de 3e sur ce qu'on pourrait faire eux et moi pour que nos relations s'améliorent , leur réponse a été:"ne nous donnez plus de livre à lire!" C'est un comble pour un prof de français ! Alors malgré tout je suis archi pour les livres à 2 euros, je préfère qu'ils lisent des livres pas chers plutôt qu'ils ne lisent pas du tout...

litote en tête a dit…

Esther, je suis d'accord avec vous le poids de ce livre est terrible, à tous points de vue.

Sandrine,je ne suis pas sûre que le prix du livre soit en rapport avec l'envie de lire.Mais j'imagine la difficulté que tu as à faire lire tes élèves! Nous voyons parfois des collégiens nous commander à la librairie la suite d'un livre ou d'autres titres d'un auteur qu'ils ont étudié en classe.Nous nous souvenons tous d'avoir eu un prof extra, une personnalité qui nous a "éveillé" dans notre jeunesse.Ton rôle est très important (mais celui des parents aussi)
Je suis pleine de doute sur le livre à deux euros après les avoir vendus pendant des années. Les enfants garderont le souvenir de livres de classe pour ces collections à bon marché.
Nous continuons quand même à les vendre, mais nous les avons réintégrés dans les rayons.
Nous continuerons cette discussion à la librairie.
Je ne suis pas sûre d'avoir raison non plus.
A bientôt!