14 décembre 2006

Jeudi étourdi

Le commissariat du 19ème arrondissement a téléphoné. On leur a rapporté mon carnet de chèque. Incroyable !C'est le troisième appel à propos de mon sac. Et je n'ai même pas pensé à demander l'adresse de la personne qui a pris la peine de le rapporter au poste de police.Tête de litote.
J'ai discuté lecture avec le policier. Il était en train de lire un roman policier de Grisham lorsque je suis entrée le bout du nez glacé à l'ouverture du commissariat. Il m'a dit avoir lu tous les livres de Patricia Highsmith, de Stephen King et d'Eric-Emmanuel Schmitt. Sur un petit bout de papier, il a noté l'adresse de la librairie et viendra peut-être un jour nous rendre visite.

Nous avons oublié d'envoyer une invitation pour l'inauguration à madame L, cliente fidèle. Elle est très vexée et nous l'a formulé. Nous ne savons pas comment nous faire pardonner.Elle nous a dit aussi qu'elle ne savait pas si elle allait continuer à venir chez nous...
Hum...délicat.Comment rattrapper l'irrattrapable?
Nous lui enverrons une petite carte pour les fêtes de fin d'année mais je sens qu'il faudrait faire plus, un geste plus fort plus fin plus personnel.
Qui donc encore avons-nous oublié?

La fatigue aidant, Maryline commet lapsus sur lapsus. C'est l'occasion de rire.
Ainsi elle a vendu aujourd'hui Les Jeunes filles en pleurs et a demandé la date des vacances solaires...

"Où est mon sac?" a demandé une cliente. "Je l'avais posé là!"
Angoisse et inquiétude pendant quelques secondes de notre part.
En fait, la cliente parlait de son sac en plastique blanc contenant des mandarines et des tomates.
Une amie cliente l'a emporté par mégarde mélangeant les sacs de courses.
Cinq minutes plus tard, elle est revenue et s'est excusée auprès de la cliente.

Ouf, tout va bien qui finit bien.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Cela se voit que vous n'avez pas lu "Rencontre dans la nuit" d'André Héléna. Voici un extrait: "Le danger, quand on n'est pas du bon côté de la vie ni de la morale, c'est d'aller à l'encontre de sa nature. Grégoire aurait dû le savoir. Mais un voleur à la tire qui décide de restituer un portefeuille (chez vous c'est un sac) à son propriétaire a de quoi attirer sur lui l'attention de ses semblables... " Je crois que votre voleur lit votre blog et qu'il est un habitué de votre librairie depuis longtemps. J'espère qu'il va s'en tirer un peu mieux que Grégoire!
Alain

Anonyme a dit…

Je viens de terminer L'Elégance du hérisson, de Muriel Barbery (sur tes conseils, Corinne), je suis littéralement scotché, cloué. Je n'ai rien lu d'aussi beau, d'aussi fort, d'aussi bien en France depuis... 20 ans ? Sublime, vraiment.
(Si tu la vois, Corinne, peux-tu te rouler par terre à ses pieds de ma part, s'il te plaît ?)
(Et voilà le moyen tout simple de reconquérir la sympathie de Mme L. : lui offrir l'Elégance du hérisson. Ça lui fera plaisir, d'une part, d'autre part ça lui redonnera le goût de l'indulgence.)

Ph.

Anne Aunime a dit…

Voilà, c'est juste pour répondre à la cliente vexée... Moi non plus je n'ai pas reçu d'invitation mais, fidèlement, je jette toujours un oeil en passant, j'entre, et Corine m'a donné le petit billet pour l'inauguration. C'est simple comme bonjour. Si vous attendez qu'on vienne vous chercher, vous pouvez attendre longtemps et ruminer, c'est sûr.

Anonyme a dit…

Vol de sac, hummm. Dans mon cabinet, l'an dernier. Un truc incroyable. De quoi écrire une nouvelle, qui sait, on verra plus tard. N'empêche. Je l'ai retrouvé, deux heures après en avoir fait la déclaration au commissariat et avoir fait changer la serrure !... Dans le vide ordure du palier. Un voleur un peu timbré sans doute, ou bien cherchait-il des médicaments, de la dope, je ne sais pas moi, mais il n'a même pas pris la monnaie, rien.

litote en tête a dit…

Alain, j'entends parler depuis longtemps d'André Héléna, nous avons eu quelques titres jadis en vente...Il faudrait que je lise un jour cet auteur. Quel livre me conseillez-vous?
Hélàs,je ne crois pas que mon voleur lise. J'ai retrouvé le livre qui était dans mon sac: L'attache mongole de la paupière, de Pol Savina, Editions Inventaire/Invention.

Ph, Muriel Barbery viendra à la librairie m'aider à souffler les bougies de mon gâteau d'anniversaire le samedi 13 janvier à partir de 15h30.Si tu es réveillé, viens manger une petite part de gâteau avec nous.
Quant-à offir à madame L , L'élégance du hérisson, pourquoi pas...mais...j'ai plein de "mais" en tête...c'est injuste pour les autres clients oubliés...Aimera-t-elle ce livre?...Ne veut-elle pas plus qu'un livre offert?...Et puis, je me dis Zut aussi...(Deux secondes après, je pense que je deviens mauvaise...)C'est difficile parfois la relation client fidèle ami de la librairie.

Anne Aunime,votre fidélité magnanime vous anime ...et me ranime. Mille mercis. Co...rime.

Anonymous, on devrait monter un collectif de femmes qui se sont fait voler leur sac et échanger les "vieilles" serrures.On ferait des économies!Vous deviez être furieuse d'avoir changé la serrure et effectué toutes les démarches .
Depuis ce vol,si je ne retrouve pas la clef de la librairie dans les 10 secondes, je panique.Maryline constatant cela, m'a offert le plus joli porte-clefs du monde cet après-midi.

Anonyme a dit…

Oui, finalement, tu as raison de te dire "Zut, aussi." Je proposais ça comme ça, pour être poli, mais il y a des cas où la politesse, hein, bon.